They’re coming…They’re coming

Some say that we reach the ultimate wealth when we share our differences …Well, I mean, it is me who say that :). It was an end of a day full of emotions, encounters, and exchanges … Priceless.
Early in the morning, our great hospitality team welcomed the artists at the airport, to make sure that they did not lack anything, without forgetting the small words of welcome concocted by Salma on the fruit’s packages.

The program was woven during the day as a well-crafted spider web to start at 6 pm with the opening of SEE DJERBA at the Farid Ghazi Culture House in Houmet Souk. An ambitious project aimed at directing Tunisia’s precious human capital towards activities with added value, such as artistic fields, through the establishment of an efficient and reliable organizational process.
Seriously, it’s all of that 🙂 … But the atmosphere was very warm, the temperature reached 35 °C …. But with such a Positive enrgy we forget quickly the small overflows of the weather.

Around the dinner, prepared with love, by Aymen & Amin Gharbi’s parents, the ingredients of a good international ratatouille blended together to reveal a new fragrance with heart notes drawn from openness, tolerance and art.
All the colors and haircuts were present on joyful heads wandering among the artists, organization teams and participants exchanging about art, funny little cultural details and getting to know each other.
The effervescence of the discussions reached its height when the hour of the night walk was announced. Six groups guided by djerbian young people dispersed in Houmet Souk, in search of historical monuments and special unusual places. The night spread out its veil to leave only a few lights on the beach bordering the tower of Mustapha Ghazi … And the six thousand Spanish soldiers exterminated rolled in the dark looking for their head until dawn.


On dit que la richesse ultime réside dans le partage de la différence…..Enfin, c’est moi qui dis ça :). Ce fut une fin de journée très riche en émotions, en rencontres et en échanges…D’une valeur inestimable.
Tôt le matin, notre superbe équipe d’hospitalité a été aux petits soins pour accueillir les artistes à l’aéroport, s’assurer qu’ils ne manquaient de rien, sans oublier les petits mots de bienvenue concoctés par Salma sur les paquets de fruits.

Le programme se tissait au cours de la journée comme une toile d’araignée bien ficelée pour commencer à 18h avec l’ouverture de SEE DJERBA à la maison de la culture Farid Ghazi à Houmet Souk. Un projet ambitieux visant à orienter le précieux capital humain dont regorge la Tunisie vers des activités ayant de la valeur ajoutée, telles que les domaines artistiques, à travers l’établissement d’un processus organisationnel efficace et fiable.
C’est sérieux, tout ça :)…toujours est-il que l’ambiance était très chaleureuse, ce qui a fait grimper encore plus le mercure déjà établi aujourd’hui à 35°C….Mais avec une telle énergie positive on oublie rapidement les petits débordements de la météo.

Autour du dîner, préparé avec amour, par les parents de Aymen & Amin Gharbi, les ingrédients d’une bonne ratatouille internationale se mélangeaient pour dégager une nouvelle fragrance aux notes de cœur puisées dans l’ouverture, la tolérance et l’art.
Toutes les couleurs et coupes de cheveux étaient présentes sur des têtes joyeuses se baladant entre les artistes, les équipes d’organisations et les participants échangeant sur l’art, les petits détails culturels amusants et faisaient connaissance.
L’effervescence des discussions atteignit son comble lorsque l’heure des marches nocturnes fut annoncée. Six groupes guidés par des jeunes de l’île se dispersaient à Houmet Souk, en quête de monuments historiques et d’endroits spéciaux insolites. La nuit étalait son voile pour ne laisser que quelques lumières se dessiner sur la plage bordant la tour de Mustapha Ghazi…Et les six mille soldats espagnols exterminés rodaient dans l’obscurité cherchant leurs tête jusqu’à l’aube.

                                                                                                      Neïla